Accueil

CONCOURS


Le concours est le principal mode d’accès à la fonction publique. Il garantit l’égalité d’accès aux emplois publics.

L’ouverture d’un concours dépend des besoins en recrutement déclarés par les collectivités territoriales et du nombre de lauréats des précédentes sessions du concours toujours à la recherche d’un poste.

Les concours sont organisés par les centres de gestion de la fonction publique territoriale ou par le Centre National de la Fonction Publique Territoriale (CNFPT). Certaines collectivités territoriales non affiliées à un centre de gestion peuvent organiser leurs propres concours.

Les conditions d’accès précises inhérentes à chaque concours sont inscrites dans le décret portant statut particulier du cadre d’emplois concerné et le décret d’organisation.

La réussite à un concours ne vaut pas recrutement. Il appartient aux lauréats inscrits sur liste d’aptitude de rechercher un emploi en postulant auprès des collectivités territoriales dont l’autorité territoriale est seule investie du pouvoir de nomination.

La liste d’aptitude a une valeur nationale. L’inscription sur la liste d’aptitude est valable un an, renouvelable deux fois à la demande de l’intéressé(e), un mois avant le terme de la première année et un mois avant le terme de la deuxième année.

REMARQUE : Le premier grade des cadres d’emplois qui suivent est accessible sans concours : adjoint administratif de 2ème classe, adjoint d’animation de 2ème classe, adjoint du patrimoine de 2ème classe, agent social de 2ème classe, adjoint technique de 2ème classe, adjoint technique des établissements d’enseignement de 2ème classe.

EXAMENS PROFESSIONNELS


Les examens professionnels sont uniquement ouverts aux agents publics titulaires d’un grade et nommés sur un emploi permanent dans la fonction publique territoriale remplissant les conditions d'accès précisées dans le décret portant statut particulier du cadre d’emplois concerné afin de leur permettre une évolution de carrière.

Selon l’article 13 du décret n° 85-1229 modifié du 20 novembre 1985, les candidats peuvent subir les épreuves d’un examen professionnel, au plus tôt un an avant la date à laquelle ils doivent remplir les conditions d’inscription au tableau annuel d’avancement.